dimanche 7 janvier 2018

Pourquoi je suis et je resterai Charlie


Cette phrase qui a pris tout un sens il y a trois ans et qui apparemment s'estompe aujourd'hui. Mais pourquoi sommes nous donc Charlie? Pour ma part, cette appartenance ne démontre pas une adhésion à la ligne éditoriale de Charlie Hebdo mais bien un soutien à la liberté d'expression. Je suis contre toute restriction de la parole et contre tout autoritarisme religieux ou politique. 

Avant les attentats du 7 janvier 2015 je n'avais jamais lu un seul exemplaire de l'hebdomadaire et pourtant au lendemain des attaques j'ai couru acheter le numéro qui s'est arraché en kiosques (tirage record de 7 millions d'exemplaires). Et ce fut le seul et l'unique. Car c'était un achat de soutien, à la fois pour que ce journal puisse survivre à la perte de ses 12 membres et pour signifier à ses assaillants que je/nous soutiendrons toujours la liberté d'expression qu'elle plaise ou non. 

Charlie Hebdo tacle tout le monde sans discrimination. Les juifs, les musulmans, les politiques, les stars… (et non je n'ai pas compté qui est le plus attaqué 😅). Mais c'est le but d'un journal satirique qui est nécessairement trash. On ne peut pas le comparer à un hebdomadaire classique qui doit garder un ton neutre. Je n'ai pas aimé la une qui se moquait du père de Stromae ni celle qui se moquait de "l'islam, religion de paix". Mais heureusement j'ai le droit de ne pas y adhérer. 

Alors ce billet s'adresse d'abord à ceux qui se disent "je suis pour la liberté d'expression" mais qui à la moindre satire ou moquerie crie au scandale. Une blague peut être bonne ou mauvaise. Mais la liberté d'opinion ne peut pas être supportée un jour et atténuée le lendemain, elle est reine tant qu'elle ne nuit pas à autrui. 

Vous qui défendez le journal quand il est attaqué par des terroristes puis êtes offusqués en voyant la une consacrée à Johny entouré d'appareils médicaux. Si vous dites que Charlie ne peut pas blesser de la sorte ses fans c'est que vous n'avez rien compris. Ou ces politiques qui sont les premiers à courir devant les médias pour se dire "Je suis charlie" puis qui saisissent le CSA pour dénoncer une "blague indigne". Et notre cher Président qui souhaite gérer les fake news sans toucher à la liberté d'expression, quel coup de maître s'il y arrive. Manuel Valls qui dira sans une once d’hypocrisie, qu’etre Charlie c’est être pour le débat et la contestation. L'esprit Charlie c'est celui qui nous a fait descendre par millions dans la rue pour défendre la liberté de la presse et la caricature. Alors pourquoi Mr 49-3 demande aux inrocks de s'expliquer sur sa boutade? Perso, j'ai bien ri. 

L’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 énonce ainsi : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi".  La liberté d’expression devient un principe constitutionnel en France en 1946. En fait ce qu'il faut faire c'est la distinction entre les attaques contre les personnes et les critiques de pensées ou croyance, ce qui ressort justement du droit français. Dieudonné a été condamné pour une incrimination bien précise, apologie d'actes de terrorisme. Par contre le délit de blasphème n'existe plus dans notre droit, on peut donc se moquer des signes religieux ou les rites sans tomber sous le coup de la loi et on ne peut donc pas le reprocher à un journal, même si à titre personnel on est touché. 

Charlie hebdo a toujours eu vocation à dénoncer en s'attaquant à des choses horribles comme des tueries ou des guerres. On peut s'en offusquer. Mais en étant Charlie, c'est la liberté d'expression que nous soutenons, pas leur propos. 

"Liberté d’expression, de rassemblement, d’association, droit à la vie privée : ces droits fondamentaux recouvrent des réalités très différentes. Mais ils sont menacés partout, y compris près de chez nous, où, au nom de la sécurité, des lois et pratiques restreignent de fait les libertés publiques." Amnesty International. 



lundi 1 janvier 2018

Rétrospectivement

Les années filent et se ressemblent. Je suis née lors du second mandat de François Mitterand, je me suis intéressée pour la première fois à la politique lors du fameux second tour opposant Jacques Chirac à Jean Marie Lepen et j'ai commencé à voter lors des européennes de 2009. Les têtes d'affiche changent mais la politique reste la même. Pas vrai?
Pour être honnête avec vous je n'ai pas de couleur politique "fixe", je ne suis membre d'aucun parti car je me retrouve nul part. Quelqu'un a dit sur twitter un jour, qu'à la naissance nous sommes tous majoritairement de gauche car étant enfant nous voulons aider notre prochain et sommes émus de voir la misère dans le monde. Alors les personnes de droite ressortent de la maternité en polo et pensent à leur gain dès la cour de récréation?
Moi je suis plutôt ultra humaniste, utopique sur les bords en espérant éradiquer la pauvreté et toutes les misères du monde… On croirait presque que je suis retournée en CE2 face à Maitresse Brigitte qui m'interroge sur mon grand projet dans la vie.


J'ai arrêté de regarder les infos à la télévision pour éviter de subir l'hypocrisie des présentateurs qui glissent un sourire ou lâchent une remarque subjective défiant toute neutralité de leur fonction.
Je regarde le fil d'actualité des sites internet, je m'arrête bien trop souvent sur les articles relayés en arrière plan pour ne pas m'étouffer avec les articles de première page qui se ressemblent tellement.
Mais cette année 2017 a été particulièrement mouvementée!

Nous finissions l'année 2016 par l'atroce concert de Mariah Carey à NY (sorry) et le choc de la défaite d'Hillary Clinton que nous devions déjà supporter l'investiture du célèbre monsieur à la perruque jaune. L'impossible se réalisa, comme quoi il ne faut jamais sous estimer une personne.
Il a fallu digérer les premières décisions de Donald Trump sur l'immigration car la course à l'élection française battait son plein entre Emmanuel le phénomène des médias, François la "valeur sûre" de la droite et les petits personnages qui se battaient pour la représentation de la gauche. Non non je ne me moque pas d'eux mais une primaire est toujours un évènement qu'ils ont réussi à transformer en un non-évènement tant leur bataille était pathétique. Lorsque Manuel Valls a été éliminé l'adrénaline est bien monté je vous l'accorde, mais je ne comprends toujours pas comment Benoit Hamon a pu faire profil bas après sa victoire face aux ex-tenors de son parti. Le président neutre François Hollande aurait-il magouillé pour faire exploser son protégé? Je devrais postuler à Hollywood pour écrire des scripts  😄

François Fillon, je le désignerai volontiers homme de l'année. Il s'est battu face aux médias, il a défendu sa femme, il a porté les couleurs de son parti jusqu'au bout et il n'a jamais abandonné. N'est-ce pas les qualités attendues pour exercer la fonction suprême? Ou alors je lui offrirai un poste de professeur d'art dramatique aux cours Florent, puisque sa prestation a été digne des plus grands acteurs 😂 C'était une élection impossible qu'il a mené à son terme et concernant sa condamnation on peut toujours attendre je pense que la justice est débordée.

Et puis il y a eu l'éclatement de la crise Rohingya, exposée au grand jour mais qui au final depuis le mois de septembre n'a connu aucune avancée. C'est une crise de grande ampleur, laissée à la merci de l'état birmanique depuis bien trop longtemps. La volonté et la motivation de la Love Army de Jerome Jarre sont à saluer certes, mais cette initiative a posé beaucoup de questions. Ils ont récolté une somme assez importante grâce à leur communauté de fan mais cet argent est injectée dans la survie des camps de réfugiés, à court terme donc.  Leur mouvement a été critiqué car le groupe n'aurait pris contact avec aucune organisation sur place et aurait agi en toute indépendance. Je salue sincèrement leur implication, chers présidents prenez-en de la graine, mais soyons honnête, cet engouement était éphémère. L'argent a été récolté, la Love Army l'a redistribué et puis? Un accord a été trouvé entre le Bangladesh et la Birmanie pour commencer les rapatriements; mais quel avenir pour ces familles décimées, traumatisées? Leur offre-t-on une garantie de sécurité? Ils n'ont pas besoin d'argent à proprement parler mais d'un espace vital où ils pourraient vivre et travailler sans aucune censure ni persécution. Mais se préoccuper de leur sort n'arrange ni l'Etat birmanique bien trop habitué à brimer cette minorité, ni les grands états du G8 qui n'ont aucun intérêt à agir dans cette partie du globe.

Et ce n'est pas le 1e janvier 2018, journée des grandes résolutions miraculeuses, qu'une solution sera apportée à ce problème ni même aux 140 000 SDF toujours à la rue en France, à Antonio le tristement célèbre SDF de la faculté de droit de Strasbourg ou à la crise migratoire qui cumule les victimes dans le silence.

Je souhaite qu'en 2018 ou du moins dans un avenir proche, la crise éco, la crise migratoire, les séquelles de la guerre en Irak, la guerre au Yemen… soient réellement traités et non utilisés par intérêt médiatique de façon temporaire par des personnages en manque de visibilité. Je veux rester positive malgré l'actualité débordante de mauvaises nouvelles mais il faut admettre que l'humanité régresse. Le terrorisme "terrorise", certains vivent dans la peur de l'autre,  la haine et la colère ont  été décuplé. Ces événements ont créé de la distance avec "l'autre" que l'on ne connaît pas et que l'on a décidé de détester.



Bref, les années filent et se ressemblent, en se détériorant peut-être. Souhaitons-nous plus d'amour.

Au revoir 2017 et bienvenue 2018.

"Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde" Jean D'Ormesson.



dimanche 8 octobre 2017

Birmanie, l'Etat de non droit


La crise des Rohingya a éclaté il y a quelques semaines aux yeux des médias. Or, cette crise date de la colonisation britannique et la ségrégation communautaire subit par cette communauté musulmane n'a fait que s'intensifier au fil des années, jusqu'à les pousser à l'exode le 25 aout 2017. 


Qui sont-ils?

Il s'agit de musulmans sunnites qui auraient émigrés en Birmanie au moment de la colonisation britannique, fin du XIXe siècle. L'ethnie serait originaire du Bangladesh actuel mais vivent depuis des générations au sud ouest de la Birmanie. Ils sont considérés comme étant un peuple sans état qui a passé le plus clair de son temps à migrer d'un état à l'autre. Près de 400 000 personnes seraient en train de migrer cette fois vers le nord, depuis les attaques du mois d'aout.
Qu'est-ce qui les différencie des autres? Ils pratiquent l'islam dans un pays où la majorité sont de foi bouddhiste (90% des 52 millions d'habitants sont boudhistes). S'agissant d'Arakan, célèbre hashtag depuis aout, il a été le lieu de déportation de la population Rohingya en 1644 et puis annexé par les Birmans en 1785. Aujourd'hui, Arakan est en sous-développement et en proie a des rapprochements  "islam=terrorisme" depuis les attentas de 2011 qui ont renforcé la persécution des musulmans. 
Quid de la Birmanie? Un pays sujet à de nombreuses dictatures militaires et qui encore aujourd'hui, malgré la mise en place d'un pouvoir civil, continue à subir le poids prépondérant de la hiérarchie militaire. 


Apatrides depuis 1982 et victimes de nombreuses restrictions

Le gouvernement birman reconnait comme "races nationales", celles présentes sur le territoire avant l'arrivée des colons britanniques en 1823. Une loi de 1982 n'a fait qu'accentuer la pression et restrictions envers cette population devenue officiellement apatride. Les Rohingyas n'ont pas été reconnu comme faisant partie des 135 ethnies répertoriées en Birmanie. 
Entre 2012 et 2015 la perte de droit s'intensifie: ils sont privés d'université, interdit de pratiquer la médecine, les nouveaux-nés n'ont pas droit à un certificat de naissance… 
Le viol d'une jeune fille bouddhiste en 2012 a été répercuté sur toute la minorité et soldé par une vague d'émeutes avec des dizaines de morts et des mosquées détruites. 


Pourquoi la crise est-elle au coeur de l'actualité maintenant? 

Face à l'absence d'avancées sur le dossier de la minorité musulmane, des groupes de rebelles se sont formés et ont attaqué des postes-frontières à Arakan le 25 aout. Ce qui a entrainé les répressions de l'armée, faisant au passage 400 morts (l'ONU évoque plus de 1000 morts). 
Considérés depuis toujours comme des émigrés illégaux du Bangladesh voisin, les Rohingyas se sont mis à fuir le pays pour limiter l'épuration ethnique. D'après le Haut Commissariat aux Réfugiés, 270 000 Rohingyas se seraient réfugiés au Bangladesh depuis le 25 aout: les violences étaient d'après lui, prévisibles et auraient pu être empêchés. 


Quels sont les enjeux économico politique?  

La région a une grosse importance pour la Chine (accès à l'océan indien) et Pékin soutient d'ailleurs l'offensive de l'armée birmane dans l'Etat d'Arakan. A l'heure où l'Onu dénonce un "nettoyage ethnique" de la minorité musulmane dans ce pays, le ministère chinois des Affaires étrangères "soutient les efforts de la Birmanie pour maintenir la paix et la stabilité dans l'état d'Arakan" 😧
La zone a un intérêt géostratégique que mediapart assimile à une guerre que les Anglais livrent aux chinois. Les Rohingyas portent bien le nom de "pions"…
Les militaires ne cessent de les affaiblir pour mieux imposer leur politique de gouvernement. Les Rohingyas auraient-ils été des obstacles pour la bonne administration du pays?
C'est pas moins d'un demi million de personnes qui ont fuit cette pression militaire et l'apartheid, orchestrés par des préoccupations territoriales. 


Mais que deviennent-ils à présent? 

Des familles décimées, des blessures, des viols, des survivants au terme d'un voyage chaotique pour arriver au Bangladesh voisin où les lieux d'accueil sont limités et difficile d'accès. Les humanitaires sont absents des points de passage et d'arrivée des déportés, pour des raisons politiques: ils ne peuvent opérer que sur des camps "officiels". C'est donc aux Rohingyas de trouver le chemin d'un hôpital, d'un point d'eau ou un camp avec un minimum de soins. Il s'agit de la minorité la plus persécutée de l'histoire et pourtant entre les paroles et les actes depuis le début de la crise éclatée au grand jour, il y a un grand déséquilibre. Le fait de considérer le problème comme un conflit religieux empêche certainement les occidentaux d'enrayer la propagation du différend. L'éloignement géographique et l'image positive du bouddhisme paralysent-ils la prise en considération? La faiblesse de la réaction internationale vis-à-vis des crimes commis en Birmanie continue à ma sidérer. Surtout lorsque l'on sait que cette situation dure depuis des décennies mais que la mise en lumière n'a été que trop tardive. 

mardi 3 octobre 2017

Une tradition au placard



Un maire (LR) a décidé de mettre fin à la Corrida à Palavas-les-flots, permettant ainsi d'enterrer la tradition de tauromachie vieille de 200ans. Pour une question budgétaire, Christian Jeanjean a supprimé le spectacle. "Tant que je serai maire, on ne fera plus de corrida", a t-il annoncé à la Gazette de Montpellier. Apparemment ça coute cher et c'est difficile à organiser…

Sage décision Mr le Maire! Non parce que laisser des taureaux se faire assassiner à la fin d'un spectacle qui ne vise qu'à démontrer l'autorité de l'homme sur l'animal et faire applaudir des personnes qui savourent le moment dans un état d'euphorie totale, c'est juste… inhumain? malsain? Surtout que ce genre de rassemblements sont financés par l'argent public. Pouvons nous choisir pour quels divertissements seront utilisés nos impôts?

La Corrida est un jeu qui date d'un autre siècle où ni les préoccupations ni la sensibilité n'étaient les mêmes. Cet article suit l'idée de la libération animale que j'exposais il y a quelques mois, toujours avec la même interrogation: comment apprécier un animal au point de l'adopter et laisser un autre se faire torturer? C'est ce qui s'appelle le spécisme. (Dans les milliers de spectateurs de la corrida il doit bien y avoir des personnes élevant des chiens, chats et lapins 😲). Je suis étonnée du droit français qui arrive à sanctionner une personne pour avoir torturer le chat du voisin et laisser ce genre de spectacles perdurer sous prétexte qu'ils s'agisse d'une "tradition". Ou encore de ceux qui s'indigent de la mort accidentelle d'un matador dont l'unique fonction consiste à tuer le taureau. De manière cynique je l'avoue, on pourrait dire "qui s'y frotte, s'y pique"? 😑

Même s'il s'agit d'une décision financière, ce maire a pris une résolution qui devrait se généraliser. Aux prochaines municipales le nouveau maire pourrait bien amender cette prise de position déjà contestée. Mais pourquoi donc interdire cette pratique?  A cause de la violence du spectacle pour les enfants ou la souffrance des taureaux? Les taureaux sélectionnés sont peut être mieux traités qu'à l'abattoir, mais au final ils bénéficient de la même fin de vie. Une "belle"illustration du combat entre l'homme et l'animal ou le vainqueur est prévu d'avance. Chers politiciens, ils seraient peut être temps de légiférer sur ce thème qui ne cesse de faire polémique mais là la diversité d'opinion clos le débat

mardi 5 septembre 2017

Génération Youtube (kids)


Ou dois-je appeler génération Néo et Swan. A la maison il y a trois enfants fan de ces deux frères qui exposent toutes leurs vie sur leur chaine youtube. Découverte de parc d'attraction, ouverture de cadeaux, test de jeux etc. Enfin de ce que j'ai pu suivre à travers mes petits loups. 
Ils sont tellement fan qu'ils ont monté dans un coin leur projet youtube. Oui, les voila youtubeurs et avec pour seul matériel leurs imaginations et un iPad! Non mais WTF? 😮😂

Cela fait un an qu'ils suivent les vidéos Youtube durant leur pause multimédia. J'étais très sceptique au début mais avec un peu de recul je pense qu'on ne peut pas y échapper quand ça ne parle que de ça à la maison ou à l'école. Regarder Neo et Swan tester des jeux ça les diverti plus que les programmes pour enfants de Gulli. Quand ils les voient tester les manèges du parc Walygator (a 10mn de chez nous) ils se rendent compte qu'ils peuvent aussi y aller puisqu'ils ont le même âge et la même taille 😏. Quand mon petit loup de 5ans voit un garçon à la piscine porter le même masque décathlon que Néo, il me décrit les avantages et le prix! 

A mon époque les tablettes et téléphones portables et encore moins Youtube n'existaient! Aujourd'hui avec l'expansion d'internet, la création des applications mobiles et la multiplication de petits stars du net, les enfants ne regardent plus la télévision. Moi j'avais reçu mon premier téléphone portable en 6ème, c'était un nokia 3310 😅

Pour la petite histoire, mes trois petits frères sont âgés de 12, 8 et 5ans. Le plus grand avait reçu un iPad pour ses 6ans et depuis il s'est professionnalisé en Youtube. Puis cet amour s'est propagé sur les deux benjamins de la famille et les voila précepteurs internet des adultes. 
J'ai découvert Norman, Emmacakeup et d'autres grâce à eux. En regardant leur contenu, je ne trouve rien de vulgaire ou dangereux pour les petits. Au contraire, certains sont même très instructifs. Et puis ça reste du divertissement. En voulant contrôler le contenu de leurs vidéos je me suis prise au jeu et suis devenue moi même addict de ces célèbres youtubeurs. 

Les enfants n'ont pas envie d'être infantiliser, ils ont besoin d'espace et de confiance. J'ignore comment je serai plus tard en tant que mère mais je pense qu'il faut les laisser vivre avec leur temps. Et c'est justement la génération youtube. Ca reste de la télé réalité filtrée: avec la politique de Youtube, les vidéos véhiculant un message immoral ou utilisant des mots vulgaires sont censurées. 

Allons maintenant expliquer l'histoire du nombre de vues et du nombre d'abonnés à Papa et Maman 😆 

Les enfants considèrent l'utilisation de youtube comme une activité et savent qu'elle ne doit pas empiéter sur l'école. Tant qu'ils ne projettent pas de faire carrière sur youtube (actuellement) ça nous va! Si à 18ans ils veulent se projeter dans l'une des plus grosses industries du web, libre à eux. Pour l'instant les parents font encore résistance contre le téléphone portable, jusqu'à quand? 

jeudi 31 août 2017

Pokeyland en famille


Connaissez-vous Pokeyland? Je l'ai découvert par hasard grâce à mon petit frère de 5ans.
A la mairie de Maizières-les-Metz (comme partout), il y a un présentoir avec les pub des différents lieux d'activité aux alentours et ce petit bonhomme n'a rien trouvé de mieux que de tout embarquer ou presque! Du coup on s'y est mis à 4 pour tout éplucher et nous sommes tombés sur le fascicule de Pokeyland. Et nous avons vite programmé une journée découverte 😎

Alors kesako Pokeyland?

C'est un parc bien différent de ceux que j'ai pu voir auparavant. En terme de parc d'attraction j'ai testé Europapark, Walygator ou encore Disneyland mais comme je ne suis pas trop disney je n'ai pas trop aimé (eh oui ça plait pas à tout le monde 😓).

Contrairement à ceux que je viens de citer Pokey a pour vocation d'être un parc de loisirs qui combine plusieurs activités sportives et ludiques. Il y a de l'accrobranche adapté à tous niveaux, du quad (enfant, ados et adulte), du lasergame (à partir de 6ans), de l'escalade, du poney ou encore du segway. Vous l'aurez compris, il y en a pour tous les gouts!

Nous y sommes allés en famille et sommes tous ressortis à la fois très fatigués mais heureux de notre découverte. Petits ou grands, chacun s'y est amusé! C'est un parc à visé familiale, adapté à tous les âges et qui procure un maximum de sensations fortes. Au prix que ça coute (170€ pour 8 personnes) nous allons y retourner l'été prochain 😉

Si ce que vous recherchez c'est des structures métalliques qui monte à plus de 100m de hauteur, passez votre chemin! Mais si un petit saut à l'élastique ou un saut dans le vide vous tente, allez-y les yeux fermés! 

Je suis d'ailleurs étonnée qu'il n'y ait pas plus de pub, car ce parc reste très méconnu du public. Soit, on évite du coup les queues de 50mn. 

Seul bémol, comme dans tout parc d'activité il y a des restrictions poids/taille ce qui créé quelques frustrations du côté des petits mais c'est rassurant niveau sécurité (eh oui les moniteurs ne fléchissent pas même lorsque l'enfant en question pèse 37kilos et qu'il lui manque 3petits kilos pour faire le saut à l'élastique 😆).





Je vous partage en détail ce que nous avons payé:
- une entrée enfant 15€
- 5 entrées +6ans à 27€ l'unité
- 2 entrées visiteur à 10€ l'unité mais dont la somme est en totalité utilisable au sein du parc pour la restauration 

Soit un total de 170€ 😇

Alors RDV à Fey, commune située entre Nancy et Metz en Lorraine pour faire le plein de courbatures!

jeudi 20 juillet 2017

spécisme/antispécisme





"La libération animale est aujourd'hui un mouvement mondial, et elle restera encore longtemps à l'ordre du jour". 

Quel sens il y a t-il à reconnaitre des droits fondamentaux aux animaux? C'était mon sujet d'examen en Théorie du Droit il y a quelques semaines… Analysons l'oeuvre de Peter Singer, La libération animale, parut en 1975. 

Certains aspects du développement du droit des animaux font des animaux de véritables sujets de droits. Pour leur accorder les mêmes droits qu'aux hommes, les antispécistes à l'instar de Bentham, sont partis d'un constat très simple: les animaux souffrent, comme nous. Ils doivent donc être considérés autrement. Peter Singer est la figure incontournable qui a, en 1975, déclenché le débat contemporain en éthique animale et revendiqué l'égalité entre les hommes et les animaux.